top of page

Les approches "sensibles au trauma"
(trauma-informed)

 

 

 

 

 

 

Si outre-atlantique, ces approches se développent, il y a encore beaucoup à faire en France pour sensibiliser aux enjeux du trauma. 

Sans aller jusqu'au traitement traumatique, une approche qui reconnait sa réalité et prend soin des personnes qui en ont été marqué, évitant leur retraumatisation, représente déjà un grand pas en avant dans la voie de la résilience sociétale.

J'appelle de mes voeux que ces approches sensibles au trauma se multiplient, dans nos relations, nos institutions. Car ne l'oublions pas, qu'y a t-il de plus ordinaire que les traumatismes ? et de plus dévastateur...?

Mais aussi, pour ne pas tomber dans le désespoir fataliste : qu'y a t-il de plus puissant que la résilience post traumatique? qu'y a t-il de plus fort qu'un individu ou une société qui affronte ses traumas et les cicatrise...?

Le trauma n'est pas une fin en soi, c'est un défi à nos êtres et organisations sociales, qui lorsqu'il est relevé et entouré de soin, ouvre la voie à la "croissance post-traumatique", formidable chemin d'évolution humaine. 

Les informations ci-dessous nous viennent du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies.

Les pratiques sensibles aux traumas sont une approche de travail qui reconnaît que les individus peuvent avoir subi des traumatismes dans le passé et qui s'efforce d'atténuer le risque de retraumatisation ou de nouvelles expériences traumatiques.

Ce paradigme de soins peut être mis en place dans n'importe quel contexte, qu'il s'agisse d'interactions individuelles ou de structures organisationnelles.

 

Dans une approche sensible au traumatisme, la personne n'est jamais forcée ou pressée à révéler son passé traumatique. Il s'agit plutôt de reconnaitre son besoin de se sentir physiquement et émotionnellement en sécurité ce qui implique qu’elle puisse choisir et contrôler son traitement.

 

Ces approches promeuvent une culture thérapeutique axée sur :

-la non-violence,

-l’apprentissage

-la collaboration

Champ de pavot

Principes des approches sensibles au traumatisme

1. Sensibilisation

 

Il s’agit d’informer sur la fréquence des traumatismes, leurs effets sur le développement d’une personne et des nombreuses adaptations que celle-ci doit mettre en oeuvre pour continuer à fonctionner et vivre.

Il s’agit aussi d'être conscient du lien entre traumatisme, problèmes de santé physique et mentale et addictions. Les études ne cessent de le montrer chaque année davantage.

 

2. Accent mis sur la sécurité et la confiance

 

La pratique sensible au traumatisme doit assurer la sécurité physique et affective des personnes, car les victimes de traumatismes sont souvent vulnérables, susceptibles d’avoir vécu des violations de leurs limites et des abus de pouvoir. Elles peuvent donc facilement se retrouver dans des relations à risque.

Ce sentiment de sécurité et confiance se crée par des démarches comme :

-rentrer en lien de manière accueillante,

-explorer et adapter l’espace physique,

-donner de l’information claire,

-obtenir un consentement éclairé,

-élaborer des plans à déployer en cas de crise,

-avoir des attentes prévisibles…

Il s’agit aussi de prendre en compte le risque de traumatisme vicariant, c’est-à-dire la traumatisation secondaire des personnes qui soignent et accompagnent des victimes de traumatismes.

 

3. Choix, collaboration et lien

 

Cette approche s'efforce de créer un milieu sécure qui renforce le sentiment d’efficacité, d’autodétermination, de dignité et de maîtrise de soi. Cela passe par:

-communiquer ouvertement ,

- rééquilibrer le rapport de force dans la relation,

- faciliter l’extériorisation des sentiments sans que la personne ne craigne d’être jugée,

-laisser choisir le mode de traitement, 

-collaborer, 

-inclure la personne dans l’évaluation du traitement, prendre en considération ses feedbacks et doléances

 

Ceci est important car pour les personnes ayant subi un traumatisme, avoir l’occasion d’établir des liens sécures et bienveillants peut contribuer à pacifier certaines blessures.

 

4. Forces et habiletés

 

Aider la personne à reconnaitre ses forces et à consolider ses habiletés:

-favoriser l’acquisition d'aptitudes propices telles que l’adaptation et la résilience (par la démonstration, l’enseignement, l’apprentissage social)

-identifier les déclencheurs et facteur d’activation du stress

-soutenir l’établissement d’un équilibre de vie, la capacité d’être en lien avec le présent et avec ses valeurs.

« Les blessures émotionnelles représentent le prix à payer pour être soi-même »
Haruki Murakami

Exemples d'applications 

Le yoga sensible au trauma (trauma informed yoga)

Cette approche est née aux Etats Unis où des thérapeutes travaillant avec des personnes gravement traumatisées ont buté sur la limite des thérapies strictement verbales dans le traitement du stress post traumatique. Elles ont alors mis en évidence la pertinence dans la prise en charge de ce trouble d'approches thérapeutiques incluant le corps, dont le yoga fait parti.

Dans le yoga sensible au trauma, le langage est adapté pour être invitatif et laisser à la personne de multiples options, de manière à favoriser sa liberté et son auto-détermination. Dans cette démarche, un groupe peut pratiquer le yoga ensemble, tout en laissant la latitude à chacun d'expérimenter des choses différentes, à travers les multiples choix proposés dans les instructions (vous pouvez faire ceci, ou bien vous pouvez faire cela ou encore peut-être préférerez vous expérimenter...)

Laisser du choix fait partie de la reconstruction du paradigme traumatique. Les expériences traumatiques étant liées à la contrainte, la perte de contrôle, tout aspect directif doit être évité et remplacé par un discours et une présence qui replace la personne dans sa capacité de décision, à l'écoute de ses sensations et besoins. 

C'est un yoga particulièrement intéroceptif, c'est à dire invitant à être en contact avec les sensations de l'intérieur du corps, plutôt que sur le fait d'aligner /perfectionner une posture.

Il s'agit de favoriser la sécurité (physique/émotionnelle), le libre arbitre et la non compétition.

Je me formerai bientôt à cette approche du yoga sensible au trauma, pour vous proposer cette magnifique pratique en complément des outils d'accompagnement du trauma que j'utilise déjà.

 

 

La pleine conscience sensible au trauma (mindfulness sensitive to trauma)

Une approche similaire de "pleine conscience sensible au trauma" a été développée. Ici aussi, il s'agit, entre autre, de laisser plusieurs options dans la guidance de la méditation, en proposant au moins deux ancres d’attention à chaque étape. C'est l'approche que je pratique généralement.

 

Lorsque nous demandons à une personne traumatisée de prêter son attention à son souffle, ce n’est pas anodin pour elle. Si à travers l’observation de son monde intérieur, elle rentre en contact de manière massive avec des stimulis traumatiques, elle peut vite se retrouver submergée.

Aussi précieuse que soit la pleine conscience, si elle n'est pas pratiquée de manière "sensible au trauma", un risque de retraumatisation existe en cas d'empreintes traumatiques préalables.

D'où l'importance pour les facilitateurs d'être sensibilisés aux réponses traumatiques et de comprendre ce lien entre l’attention et le trauma, afin d'adapter leur pratique pour que cet outil reste pour tous une pleine opportunité de résilience.

Chemin de la forêt
bottom of page